Au Myanmar, j’ai découvert la boxe birmane – Lethwei

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

Je vais vous raconter ma découverte faite lors de mon dernier voyage en Birmanie: le Lethwei (boxe birmane).

Arrivé à Mandalay, j’ai voulu découvrir cet art martial local. C’est une boxe impressionnante. Ils peuvent frapper avec les poings, les pieds, les genoux, les coudes et… la tête.

Oui, vous avez bien lu. Les coups de tête sont autorisés !

Mais ce n’est pas fini, le Lethwei est un art martial très traditionnel. Du coup, ils boxent sans gants. Ils mettent des cordes ou des bandes sur leurs mains et c’est parti !

“We Win Real; Lose Real; Draw Real.
No Excuse. No Complaint.”

Une des phrases écrites sur les murs du Thut Ti Lethwei Myanmar Club : Nous gagnons vraiment, perdons vraiment et nous faisons des vrais matchs nuls. Pas d’excuses, pas de plaintes.

Les règles sont assez simples: 5 rounds de 3 minutes durant lesquels il faut mettre l’adversaire KO ou le forcer à abandonner sinon, c’est un match nul.

Pas de décisions aux points !

Ces légers changements de règles par rapport au Muay Thaï (Boxe Thaïlandaise) changent tout dans la façon d’aborder le combat. Les thaïlandais forment des combattants rapides, endurants et très techniques alors que le Lethwei exige des birmans d’avoir un grand cœur et beaucoup de courage.

Certains combattants birmans mettent K.O des champions thaïlandais de Muay Thaï car ils n’ont pas les réflexes pour se défendre face à un bon coup de tête.

Exemple de coup de tête en mode bélier

Ci-dessus, Saw Gor Mu Doe est un combattant du Thut Ti Myanmar Lethwei Club. C’est un combattant professionnel connu au Myanmar. Il peut gagner jusqu’à 2 000 000 kyat pour un combat. (1300€)

Je pars donc à la recherche d’un club de Lethwei pour m’entraîner.

J’ai trouvé en ligne des informations sur le Swan K Kay Lethwei Club. Certains sites web écrivent que le club a été renommé Burma Blood.

Je demande donc au personnel de mon hôtel de trouver ce club. Ils appellent un taxi et lui donne l’information.

Malheureusement, ils ne connaissant pas vraiment et confondent avec un club de boxe anglaise. Après avoir sillonné la ville sans succès, je rentre à l’hôtel frustré de ne pas réussir à me faire comprendre. C’est le début de mon périple en Birmanie et je me rends compte que l’anglais ne va pas beaucoup m’aider.

Plus tard dans la journée, je discute avec le vigile de nuit de l’hôtel. Il connaît le Lethwei et il connaît le Swan K Kay. Je comprends alors qu’à la différence de la Thaïlande, le Lethwei est un sport « underground » comme le MMA en France.

Ma prononciation était mauvaise et ils ne comprennent pas forcément les lettres occidentales. Donc si vous voulez vous entraînez un jour à Mandalay, essayez de prononcer « SWAN KAY KAY ». Apparemment, cela change tout.

Nous continuons notre périple avec Bagan, la ville aux 2000 temples. C’est magnifique mais pas de Lethwei. J’apprends que les clubs sont rares et je décide d’oublier ma recherche jusqu’à Yangon où il y a un club très réputé.

En attendant, nous profitons des trésors que le pays nous offre. Kalaw est un village très reposant dans les montagnes. Nous continuons notre parcours vers le Lac Inle puis Ngapali Beach pour profiter des paysages et des longues plages de sable fin.

Lac Inle
Jeune moine à Kalaw

Il nous reste quelques jours de voyage et nous arrivons à Yangon où je vais pouvoir m’entraîner. Le premier jour, je me renseigne dans mon hôtel. Je vérifie bien qu’ils comprennent ce qu’est le Lethwei et je leur demande d’appeler le numéro du club pour qu’ils échangent en birman afin d’éviter tout malentendu.

Je pars le lendemain matin pour le premier cours de la journée à 9h. Les cours au Thut Ti Gym sont des séances d’une heure de 9h à 13h et de 17h à 21h. Le prix d’une séance est de 5000 kyats par personne. (3.25€ selon le taux de conversion en mai 2017)

Mr Win, le responsable du club me conseille de venir le matin car il aura plus de temps pour me montrer les techniques du Lethwei.

Pendant la majeure partie du cours, nous enchaînons des exercices de cardio et du fractionné au sac de frappe. À la différence de la Thaïlande, les birmans font des courtes séries de 2 à 3 coups qu’ils répètent 5 à 10 fois.

Exemple : Ils frappent avec un enchaînement de deux coups de poing (gauche, droite) et ils le répètent 10 fois. Ou, ils doublent un low kick jambe arrière et répètent 5 fois.

Leur objectif est de frapper le sac le plus fort possible à chaque fois. La stratégie des combats de Lethwei est différente du Muay Thaï. Rares sont les combats qui durent plus d’un ou deux rounds. Il faut frapper vite et fort dès le départ.

Après le sac, Lone Chaw, Triple champion du Myanmar toute catégorie, me fait monter sur le ring pour la leçon au pao (cibles de frappes). Il me fait travailler façon birmane : prise de distance, puis attaque sur 3 à 5 coups pour déborder l’adversaire et casser la distance puis j’enchaîne avec des genoux et des coudes au corps à corps et enfin je ressors pour frapper à nouveau à distance de boxe avant de quitter la distance pour souffler.

Exemple d’enchainement long de Saw Gaw Mu Doe :

Nous répétons plusieurs combinaisons d’enchaînements complets avant de finir sur des répétitions comme au sac. Une technique frappée 2 à 5 fois d’affilé de toute mes forces.

Waouh ! Ce premier cours m’impressionne. Je découvre des combattants très accueillants à l’image des birmans en général. Ils sont gentils et amicaux. Par contre, une fois dans le ring, ils se mettent en mode combat et deviennent impitoyables. Des combattants courageux, rugueux et extrêmement efficaces.

“Fight like lion inside the ring; gentle like lamb outside the ring”

Devise du Thut Ti Gym Lethwei Myanmar Club. Combat comme un lion dans le ring, sois doux comme un agneau en dehors du ring.

Pendant, la journée, nous visitons la plus grande pagode du pays, la pagode Shwedagon. Un édifice d’une centaine de mètres couvert d’or et de pierres précieuses. Haut lieu de prière pour les bouddhistes. L’avantage de s’entraîner en Asie est que je m’imprègne de la culture et de l’état d’esprit des combattants locaux. Je découvre leurs croyances et leur mode de vie.

Le lendemain, je retourne à l’entraînement dans le même club. Mr Win et Lone Chaw sont contents de voir que leur cours m’a plu.

Mr Win, Lone Chaw et moi-même dans une postrure traditionnelle du Lethwei

La première partie du cours est similaire au premier jour. Ils accordent une grande importance à la préparation physique et au travail au sac. Ils pensent que pour appliquer des tactiques en combat, il faut d’abord se forger un corps d’athlète dur et endurant.

La seconde partie du cours, c’est directement Mr Win qui me prend en leçon particulière pour m’expliquer l’utilisation des coups de tête en attaque et en défense.

Première surprise, ils utilisent les coups de tête pour se défendre !!

La première techniqueque j’apprends est le coup de tête en défense pour bloquer un coup de poing direct de l’adversaire.

Cela peut paraître fou mais ils m’ont montré des combats de leurs champions où ils cassent la main de leur adversaire avec cette technique…

La seconde techniqueet le coup de tête remontant avec les cornes du bélier. Ils m’expliquent qu’il faut imaginer que nous avons deux cornes de bélier sur la tête, et ce sont les parties les plus dures de notre crane.

Aussi, il faut donner les coups de tête du bas vers le haut. En fait, ils s’inspirent complètement des animaux pour cette technique.

Et le plus impressionnant ?

C’est la violence des K.O avec les coups de tête !

En résumé, j’adore m’entraîner à l’étranger et découvrir d’autres arts martiaux. Ce sont toujours des rencontres exceptionnelles et de formidables découvertes techniques pour enrichir ma pratique.

Mon conseil ?

Voyagez autant que vous pouvez et entraînez-vous !

Mais attention, les maîtres sont souvent prudents et prennent le temps de vous connaître avant de vous montrer leurs principes et techniques de combats. Il faut beaucoup discuter avec eux et s’entraîner plusieurs fois dans les mêmes clubs. Vous apprendrez plus que si vous faites un cours par club.

Contacts des clubs au Myanmar :

Mandalay : Le Swan K Kay Lethwei Club récemment renommé Burma Blood

Yangon : Thut Ti Club’s top Fighter à Rangoun (Yangon)

893 Wun Tharet Khitta Lan

off Kaba Aye Rd, Mayangone

+95 9 25586 3344

[email protected]

Sessions d’entraînement d’une heure : 9h-10h / 10h-11h / 11h-12h / 12h-13h / 17h-18h / 18h-19h / 19h-20h / 20h-21h

5000 Kyat par personne et par séance d’entraînement

Nombre de places par session limité. Pensez à réserver.

Vous cherchez d’autres articles sur le Lethwei ? 

Voici un article intéressant d’un français au Japon. Il a eu l’occasion de voyager au Myanmar pour assister à des combats de Boxe Birmane / Lethwei.