Essayer la Méditation Bouddhiste : ça fait du bien !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

Vous connaissez la Loi Universelle de la Nature ?

C’est un principe que j’ai découvert récemment dans un livre aussi fascinant que difficile à lire : Sapiens – Une brève histoire de l’humanité de Yuval Noah Harari.

Cette histoire commence vers 500 avant notre ère. Siddhârta Gautama est un hériter du royaume himalayen.

Ce jeune homme est très sensible à la souffrance du monde qui l’entoure. Un jour, il part vivre comme un vagabond en quête d’un remède, d’une solution à la souffrance des hommes. Après un voyage initiatique de 6 années à méditer sur l’essence de l’angoisse humaine et sur des solutions pour aider les hommes, il développe une idée.

Chaque expérience crée une réaction de désir dans l’esprit humain. Ce désir se transforme en sentiment d’insatisfaction.

Si l’expérience est désagréable, l’esprit est insatisfait et veut changer la situation au plus vite.

Si l’expérience est agréable, l’esprit cherche à faire durer et à intensifier le plaisir. Il finit insatisfait.

Exemples :

Expérience désagréable : nous avons une douleur, nous voulons la faire disparaître le plus vite possible. Sa présence est insupportable.

Expérience agréable : nous cherchons l’amour puis quand nous le trouvons, nous continuons à nous poser pleins de questions. Est-ce vraiment la bonne personne ? Est-ce que je ne pourrai pas trouver mieux ? Est-ce qu’une autre personne pourrait me rendre plus heureux ou heureuse ? Etc.

Temples bouddhistes à Bagan, Myanmar

Gautama développe l’idée que les événements extérieurs ne sont pas déterminants à notre bonheur.

Ce sont nos structures mentales élémentaires qui vont définir notre capacité à vivre heureux ou insatisfait.

Cette compréhension de l’esprit humain permet à Gautama de développer un principe de vie.

Nous devons accepter les situations comme elles sont. Il y a des expériences plaisantes et déplaisantes. Nous devons être lucide et accepter la réalité.

Je peux vivre une expérience triste sans désirer qu’elle s’en aille. J’éprouve la tristesse mais je choisis de ne pas souffrir. Je l’accepte pour ce qu’elle est.

Je peux aussi ressentir une douleur mais ne pas en souffrir. Quand j’effectue un bain glacé, je ressens la douleur du froid qui fait circuler mon sang et comprime ma poitrine.

J’accepte l’information de la douleur mais je choisis de ne pas en souffrir.

Je peux également connaître la joie sans chercher à retenir le moment ou à l’intensifier. Je choisis d’apprécier le moment comme il vient.

Le challenge de Gautama est d’amener les hommes à accepter les événements de la vie sans le désir du contrôle.

Gautama élabore alors une série de techniques de méditation pour entraîner l’esprit à expérimenter la vie comme elle l’est. 

L’objectif principal est de remplacer la question :

« Que voudrais-je vivre ? »

Par

« Qu’est-ce que je vis ? »

Gautama développe même l’idée d’un état où l’homme est libéré de toute souffrance. Il éprouve la réalité pour ce qu’elle est et il se délivre des chimères et des illusions.

Cet état s’appelle le Nirvana.

Selon l’histoire, Gautama a réussit à atteindre cet état de Nirvana et à se délivrer de la souffrance et du désir. Il prend le nom de Bouddha (L’éveillé).

Bouddha résume alors sa philosophie en une Loi Universelle de la Nature(Dharma ou Dhamma).

« La souffrance naît du désir, la seule façon de se délivrer de la souffrance est d’être pleinement libéré du désir, ce qui ne saurait se faire qu’en exerçant l’esprit à vivre la réalité telle qu’elle est. » Extrait de Sapiens de Yuval Noah Harari

Les philosophes et la Loi Universelle de la Nature

C’est une question que de nombreux philosophes se sont posés au cours de l’histoire.

Les stoïciens comme Marc Aurèle, Sénèque ou Épictète avaient une pensée similaire.

Le bonheur est l’indépendance par rapport aux circonstances extérieures. C’est le détachement à l’égard des choses. J’accepte ne pas contrôler ce qui m’entoure. Je me concentre sur ma réaction aux expériences. C’est une philosophie de la liberté intérieure.

Le philosophe Persan, Rumi écrivait, au XIIIe siècle, une célèbre citation sur le sujet :

« Hier j’étais intelligent, alors je voulais changer le monde. Aujourd’hui je suis sage, alors je veux changer ma personne. »

Comment appliquer ces principes dans notre quotidien ?

C’est toujours le challenge avec les grands principes philosophiques. C’est super à la lecture mais cela semble impossible à appliquer dans la vraie vie.

Avec l’expérience, j’ai découvert que ce principe de vie est difficile à appliquer mais pas impossible.

Voici deux exercices pour vous entraîner au quotidien :

Méditation

Un exercice simple de méditation pour se connecter au moment présent et se poser la question de la Loi Universelle de la Nature :

« Qu’est-ce que je vis ? »

Je me concentre sur ma respiration, sur les sensations dans mon corps et sur mes sens.

3 conseils pour débuter la méditation :

1 : Choisir un endroit calme et apaisant. Un jardin, un parc, une forêt ou une pièce de votre logement. Par contre, si vous le faites chez vous, pensez à créer une ambiance agréable. Rangez votre pièce, tamisez les lumières et choisissez un moment où vous ne serez pas dérangés. C’est important que votre lieu de méditation soit ordonné. Si c’est le désordre tout autour de vous, c’est plus difficile de trouver le calme et l’ordre dans vos pensées.

2 : Démarrez doucement. C’est essentiel de respecter une courbe de progression. Si vous en faites trop au début, vous allez vous décourager. Commencez par des séances 2 à 3 minutes puis vous pouvez augmenter la durée avec le temps. Vous pouvez aussi effectuer des « rounds » de méditation. 2 minutes de méditation puis 1 minute de pause et vous recommencez. 

3 : Discipline et entraînement. Pour sentir les effets positifs de la méditation, il faut s’entraîner au moins 4 à 5 jours par semaine. L’entraînement mental suit les mêmes principes que l’entraînement physique. Vous avez besoin de discipline pour créer une habitude et inscrire votre pratique dans votre quotidien. 

À quoi penser pendant la méditation ?

L’objectif est d’être vraiment concentré sur l’expérience du moment présent.

Ne pensez pas au passé ou au futur.

Ne désirez pas autre chose que la réalité.

Acceptez ce moment comme il est.

Astuce : si méditer assis et immobile est trop difficile au début. Vous pouvez essayer cet exercice en mouvement. Vous pouvez méditer en marchant, en mangeant ou en buvant une tasse de thé. Avoir un objet attentionnel pour vous aider à vous connecter au moment présent.

Bain Froid

Le bain froid est un excellent exercice pour entraîner son mental.

C’est difficile et inconfortable. Notre première est réaction serait de faire demi-tour pour que le froid s’arrête.

Mais non, vous entrez dans l’eau froide et vous affrontez vos peurs, la difficulté voire la douleur de la circulation sanguine dans vos extrémités.

Cela vous permet d’entraîner votre mental et de développer votre maîtrise de soi.

La vie réserve à chacun son lot de challenges. C’est pour cela que je choisis de développer mon mental et ma capacité de résilience.

Voici 3 conseils pour démarrer un bain ou une douche froide :

  1. Je me fixe un objectif. Exemple : 2 minutes
  2. J’exclue le monde extérieur. Toute mon attention est dans le moment présent.
  3. Je me concentre sur ma respiration et les sensations dans mon corps.

Vous avez envie d’essayer le froid ? Cliquez-ici !

Merci pour votre lecture, j’espère que ces quelques conseils vous aideront.

Si vous avez aimé, partagez l’article avec vos amis.